LA CANTINE
La cantine contient ce qui était à l’origine des trophées de chasse, des porte-fusils, des têtes de chevreuils et leurs pattes. Ôtés de leurs socles, les éléments se détournent de leur fonction première de trophées décoratifs. Je montre ce que l’on pourrait trouver dans un charnier de chasse, des restes non comestibles. Ces trophées sont des «vestiges» dissimulé dans une malle. Stockés, mis à l’écart, ils sortent une fois de plus de leur fonction initiale
 
Aussi contradictoire que cela puisse paraître, placé dans la cantine, dans la confrontation de l’objet, l’animal finit par se trouver plus vivant.
 
Je leur rend leur animalité.