SOUFFLE
2020-2021, sabres de paons, pointes de flèche, fil, équilibre sur tiges en métal taillées en pointe.
Vue de l'exposition La profonde alliance, exposition du 12 novembre 2021 au 15 janvier au Parvis centre d’art contemporain – scène nationale Tarbes Pyrénées, Ibos. 2022
Commissariat : Magali Gentet.
Crédit photo : Virginie Cavalier et Alain Alquier
Mortellement atteint d'une flèche empennée,
Un Oiseau déplorait sa triste destinée,
Et disait, en souffrant un surcroît de douleur :
Faut-il contribuer à son propre malheur !
Cruels humains ! Vous tirez de nos ailes
De quoi faire voler ces machines mortelles.
Mais ne vous moquez point, engeance sans pitié :
Souvent il vous arrive un sort comme le nôtre.
Des enfants de Japet toujours une moitié
Fournira des armes à l'autre.


L'Oiseau blessé d'une flèche, Jean de la Fontaine.

Percés par leur propres plumes, je décide de monter les flèches en assemblant trois sabres de paon créant ainsi le corps et les ailettes nécessaires à la vélocité de l'arme. Celles ci créent une résistance à l'air et leur légèreté permet un équilibre subtil. Placée en équilibre sur des pointes en acier, le déplacement d'air induit par le mouvement du visiteur entraîne les flèches et poursuivent ce dernier.

"Virginie Cavalier questionne le lien ancestral qui unit l’homme à l’animal. Ses oeuvres, abreuvées de culture animiste, replace l’humain dans son rapport existentiel aux autres règnes du vivant. Collectionnant tous les vestiges de dépouilles d’animaux qu’elle glane dans les bois et les vides-greniers, l’artiste constitue un bestiaire qui convoque aussi bien le cabinet de curiosités, que le chamanisme ou la sorcellerie. Il s’agit pour elle de prendre soin et de redonner souffle à l’animal dont elle a récupéré les restes, les os, la peau, le plumage... Mais aussi de s’imprégner de sa force, de son esprit vital et de sa beauté. Virginie Cavalier se projette ainsi littéralement dans ces restes en ritualisant, aux moyens de techniques diverses, les reliques animales dont elle a la charge.
Ainsi en va-t-il de Souffle, instalation de flèches en équilibre, qui rend au paon toute sa dimension guerrière. Les sabres sont les plumes situées à la base de la queue du paon dont la forme rappelle la belle et redoutable arme tranchante du même nom. Associées à des pointes, elles évoquent la menace du chasseur. Placées en équilibre sur des tiges, les flèches s’animent à la moindre approche et suivent irrémédiablement notre passage..."

Magali Gentet
Directrice du Parvis centre d’art contemporain, Tarbes.